Bang Bang ou la terrible journée de Résus !
1/6

Création de Geoffrey Couët et Sandra Bourdonnec

Scénographie et photos de Marlène Berkane

Mise-en-scène de Sandra Bourdonnec

 

 

 

  Bang Bang, c'est l'histoire de Résus, un très viel hippie qui a fait fortune en découvrant une nouvelle technique de yoga relaxation et qui est ainsi devenu la star de cette nouvelle génération à la recherche du bien-être.Ce qui exaspère son entourage, c'est qu'il continue de vivre simplement, sans gaspiller ses sous. Son ex-femme Diana, son fils Paolon, son financier, sa bonne Glinda, ses fans et un voisin quelque peu bizarre, rodent dans la maison. Certains n'attendent qu'une chose, qu'il trépasse. Une grande conférence est organisée afin qu'il révèle au grand jour ce fameux concept. Une foule de fans hystériques attend derrière les grilles de la maison, la conférence commence quand il meurt subitement. Son entourage, plus ou moins choqué, va essayer de cacher la mort de Résus tout en essayant de déceler ce qu'est le concept Bang Bang. En attendant the show must go on ! Alors pour faire patienter la foule, ils vont chacun à leur tour "meubler", éprouvant leurs différents talents.

 

         Pour cette création, j'ai voulu emmener les comédiens, Clément Strametto, Thibaud Lemoine et moi-même vers une performance. En effet, durant tout la durée de la pièce (1h), nous passons par tous les rôles, nous changeons de costumes, de corps, de voix, et cela de plus en plus vite. Quelques notes de musique, un humour noir, et une énergie exaltante rythment la pièce, emmène les spectateurs dans un tourbillon jusqu'à l'explosion finale. Il y a une autre chose intéressante à observer dans cette performance, c'est que tout est fait à vue par les 3 comédiens, changement de costumes, mais également la régie qui est faite à partir du plateau.

 

         J'ai demandé à Marlène Berkane, notre scénographe, d'aller vers un décors contradictoire, c'est-à-dire j'ai rêvé d'un décors lumineux et chargé, bien qu'il soit épuré. Cela afin d'amener le spectateur à imaginer son propre décors. Nous utilisons pour cela beaucoup d'accessoires, beaucoup de costumes, et notre espace de jeu est délimité par un carré blanc marqué au sol. Elle a créée une belle scénographie qui, au fur et à mesure de la pièce, se désordonne, se dégrade, se salit, et laisse ainsi apparaître un brillant bordel !

© all right reserved